La mesure des valeurs issues des stations Sencrop est le fruit d’une réflexion basée tant sur la théorie et la rigueur scientifique que sur l’expérience de nos utilisateurs. De nouvelles fonctionnalités sont sans cesse développées pour améliorer la précision en étant au plus près de la réalité et des problématiques des exploitants agricoles.

Température et hygrométrie

Les mesures de température et d’hygrométrie ont été pensées pour assurer la meilleure fiabilité. A l’intérieur de l’abri, la station dispose de trois capteurs mesurant chacun, indépendamment, les valeurs de température et d’hygrométrie. Les informations transmises à l’utilisateur correspondent à la moyenne des valeurs relevées par les capteurs.

Ainsi, si l’un des trois capteurs tombe en panne, il est facile d’identifier l’avarie et les informations transmises à l’utilisateur ne remontent alors que des deux autres capteurs. En général, un capteur qui tombe en panne (à cause d’une goutte d’eau, d’une humidité trop élevée…) fonctionne de nouveau normalement au bout de quelques heures.

Les trois capteurs sont positionnés à l’intérieur d’un abri qui a été pensé et conçu par Sencrop. L’abri a pour objectif de favoriser les échanges avec l’extérieur (augmenter le renouvellement de l’air) sans compromettre les valeurs relevées. L’abri protège principalement des intempéries et des arthropodes.

Pluviométrie

La mesure de pluviométrie a été pensée pour obtenir la meilleure précision. Les précipitations sont recueillies dans le collecteur dont la surface est comprise dans l’intervalle de recommandation de l’Organisation Météorologique Mondiale (Organisation Météorologique Mondiale, 2018). L’angle du collecteur a été pensé pour éviter les rebonds de goutte de pluie hors du récipient.

La forme du collecteur a également été réfléchie pour que la mesure de pluie soit le plus faiblement possible perturbée par le vent. A l’intérieur du collecteur se trouve un filtre pour protéger le système de mesure de tout élément extérieur et permettre un nettoyage simple et rapide.

Le système de mesure du pluviomètre est un système à double auget basculant. L’eau, une fois filtrée, parvient jusqu’au double auget. Une accumulation faible mais suffisante de l’eau enclenche la bascule de l’auget, incrémentant le compteur de pluie.

Au-delà de la mesure brute, plusieurs algorithmes sont employés pour corriger certains écarts entre la valeur mesurée par l’appareil et la valeur réelle. Un algorithme permet notamment de compenser l’eau qui reste à la surface du collecteur et/ou est évaporée. La micro-pluie est également prise en compte.

Rafales

Les anémomètres Sencrop fournissent l’information des rafales de vent. Cette valeur correspond à la vitesse maximale de vent sur une période de 1 seconde. La rafale n’est pas simplement la vitesse maximale que l’on a mesurée au cours d’un intervalle de temps long, mais une vraie rafale relevée sur une seconde.

Humectation

La conception du capteur d’humectation du Leafcrop repose sur le biomimétisme, c’est-à-dire l’imitation du naturel par la technologie. Le capteur a été conçu pour donner des valeurs au plus proche de la réalité de l’arbre ou du pied de vigne. Le capteur se présente sous la forme d’une feuille et mesure l’humectation. L’humectation des feuilles correspond à la quantité d’eau libre à la surface de la feuille, soit plus concrètement si elle est « mouillée » ou non. Il s’agit d’une donnée fondamentale dans le cadre de la prévention et défense contre les maladies, notamment fongiques (mildiou, tavelure, oïdium…).

La détection de l’eau s’effectue par modification d’un champ électrique. Le Leafcrop détecte les variations du champ électrique de manière très fine. La décision d’opter pour un champ électrique plutôt qu’un papier permet de détecter dès la première goutte d’eau et non après une imbibition suffisante du papier. Cette solution évite l’utilisation de consommables, réduisant la maintenance du produit.

Une thèse a été menée pendant 4 mois sur le thème de “Leaf Wetness Duration Modelling Using Adaptive Neuro Fuzzy Inference System”. Il a été observé que l’écart moyen entre la durée d’humectation réelle et celle mesurée par le Leafcrop s’élève à 7 min 30 secondes, faisant de lui le plus fiable du marché à l’heure actuelle.

Source : Abdullah, 2016

De plus, l’utilisation d’un champ électrique permet de distinguer différents seuils d’humectation. Ces seuils sont à appréhender par l’utilisateur final en fonction de son expérience et de son type de culture. Ils correspondent globalement à une humectation du feuillage plus ou moins forte.

Enfin, le capteur se positionne dans le feuillage, à l’endroit même où l’on désire connaître les conditions, en suivant les préconisations d’emplacement données dans l’article “Comment et où installer les différents éléments de ma station Leafcrop ?”. Les capteurs d’humidité et de température peuvent être placés eux-aussi au sein du feuillage, permettant la mesure directement à l’endroit où la maladie se déclare et non en dehors du verger ou de la parcelle.

Sources :

ABDULLAH, Fatthy Amir, 2016. Leaf Wetness Duration Modelling Using Adaptive Neuro Fuzzy Inference System [en ligne]. Thesis. S.l. : Auckland University of Technology. Disponible à l’adresse : https://openrepository.aut.ac.nz/handle/10292/10192.

ORGANISATION MÉTÉOROLOGIQUE MONDIALE, (OMM), 2018. Guide des instruments et des méthodes d’observation [en ligne]. Edition 2018. Genève : OMM. OMM. ISBN 978-92-63-20008-2. Disponible à l’adresse : https://library.wmo.int/doc_num.php?explnum_id=4148.

Avez-vous trouvé votre réponse?