L’hygrométrie (ou humidité relative) de l’air exprime, sous forme de pourcentage, la saturation de l’air en vapeur d’eau.

En effet, l’air peut contenir une quantité limitée de vapeur d’eau. Si l’hygrométrie est de 100%, l’eau ne peut plus être stockée sous forme gazeuse dans l’air, une partie de l’eau devient liquide, formant la rosée.

La connaissance de l’hygrométrie est intéressante en de nombreux aspects :

  • L’hygrométrie conditionne l’efficacité des traitements phytosanitaires. Une valeur d’hygrométrie supérieure à 60% permet de limiter l’évaporation et maximiser l’assimilation de la matière active par les plantes.

  • En lien avec la température humide, l’hygrométrie est une donnée intéressante pour la défense contre le gel car permet d’anticiper la baisse de température (voir article Qu’est-ce que la température humide ?).

  • L’hygrométrie lors de la récolte est essentielle pour maximiser les rendements (éviter la casse chez les protéagineux par exemple) et surtout pour améliorer la conservation des produits.


Sources :

L'hygromètre est un instrument destiné à mesurer l'humidité relative de l'air.”

MÉTÉO FRANCE, 2020. Hygromètre. [en ligne].

“Il faut toujours traiter à plus de 60 % ; une hygrométrie inférieure encourage en effet l'évaporation des gouttes fines et entraîne des brûlures sur les feuilles. [...] Au-delà de 95 %, le produit ruisselle comme de la pluie.”

FRANCE AGRICOLE, [sans date]. : Tenir compte des conditions météo pour bien traiter. In : La France Agricole [en ligne].

“Pour les protéagineux, il est conseillé de récolter les grains à une teneur en eau comprise entre 16 et 16.5 %. Cela limite leur susceptibilité à la casse lors de la récolte, de la manutention et de la mise en cellule.”

ARVALIS, 2013. La teneur en eau des grains joue sur la conduite du stockage. [en ligne]. 18 juillet 2013.

Avez-vous trouvé votre réponse?